Une démarche BIM menée par Aiguillon Construction et CNR à Laillé

Infos pratiques

Dates :
Le 2 Juillet 2018 
De 16h00 à 18h00

Organisateurs :
Réseau Breton Bâtiment Durable

De quoi s’agit-il ?

Comment peut-on intégrer efficacement des outils numériques dans le travail de conception d’un bâtiment, en phase chantier puis lors de l’exploitation ? Est-ce qu’il faut changer radicalement de manière de faire ?  En tant que professionnel, comment estimer son besoin en informatique (équipements, logiciels, formation…) ? Comment se lancer et expérimenter ces nouvelles solutions ?

Aiguillon Construction (maître d’ouvrage) et CNR (Entreprise générale) vous proposent de témoigner de leur engagement dans une démarche BIM et d’apporter des éléments de réponse à ces questions dans le cadre de l’opération « Les Marelles », réalisation de 45 logements à Laillé (35).

Nous vous invitons à échanger autour de ce retour d’expérience lundi 2 Juillet à partir de 16h00 à Laillé.

A l’issue de la présentation en salle du projet, nous proposerons une visite de chantier et des démonstrations d’outils d’immersion virtuelle dans un nouveau bâtiment avec la participation du centre de ressources numériques de la FFB Bretagne.

Programme

  • 16h00 – Accueil & introduction [Réseau Breton Bâtiment Durable]
    • Les outils numériques, quels atouts pour le maître d’ouvrage ?   [C. Chopperis – Aiguillon Construction]
    • L’intérêt du BIM pour un cabinet d’architecture   [E. Soubeyrand – Atelier d’architecture e.Soubeyrand]
    • Une transisiton progressive et réussie vers le BIM, retour d’expérience d’une entreprise générale [S. Gaudin & T.Cabioch – CNR ]
    • Présentation du chantier et des travaux en cours
  • 17h00 – Visite commentée du chantier // Visite de la BIM BOX // Démonstration d’outils de réalité virtuelle [Aiguillon Construction – CNR – FFB Bretagne]
  • 18h00 – Clôture

Visite organisée avec le soutien de :

Synthèse des échanges

Témoignage du maître d’ouvrage

Aiguillon Construction est une SA Hlm du groupe Arcade [140.000 logements, 2.000 collaborateurs et 5.000 logements produits par an au niveau national]. Aiguillon Construction est implantée dans les départements bretons (hormis en Côtes d’Armor) et en Loire Atlantique. 30% de l’activité reste centré en Ille-et-Vilaine. Le parc de 17.000 logements est particulièrement récent avec une production moyenne de 800 à 1.000 logements par an ces 18 dernières années.

Le projet des « Marelles » a été initié en 2015 avec une volonté partagée avec l’équipe de maîtrise d’oeuvre de se forger une première expérience et de commencer à s’acculturer avec le BIM. Au-delà de la maquette numérique et de la troisième dimension, le BIM fait évoluer les manières de travailler et les responsabilités de chacun. Fondamentalement, c’est une manière d’entrer dans le projet très tôt beaucoup plus en profondeur et de manière plus lisible par chacun. Sur ce chantier, il est encore un peu tôt pour trouver les gains et les économies car l’objet est d’abord de s’acculturer et d’intégrer les changements de pratiques nécessaires. L’ambition de cette première expérience est de préciser très concrètement ce que le BIM peut apporter et aider à définir les pièces contractuelles. Pour un promoteur, l’intérêt de la maquette numérique est d’améliorer la capacité de vendre un projet aux partenaires grâce aux outils de visualisation. Le coeur de métier d’un bailleur social reste la gestion locative et l’entretien du patrimoine. L’intérêt du BIM repose donc aussi beaucoup sur l’ensemble des informations qu’il est possible d’intégrer à la maquette pour le suivi de l’ouvrage tout au long de son cycle de vie (référence des chaudières, des volets roulants, des appareillages électriques…).

Témoignage de l’architecte

Il est important de préciser que le BIM n’est pas forcément l’apanage des grosses structures, le cabinet d’architecture compte en effet 6 collaborateurs. En 8 ans, le cabinet a conçu plus de 350 logements, dont une bonne partie en logements sociaux. Quand Aiguillon a sollicité l’agence, cela faisait un an que la réflexion sur le BIM était engagée et cela a été l’occasion de passer du dessin 3D à la véritable conception BIM. C’est avant tout une manière de travailler collaborative en associant les bureaux d’études (fluides, structure, thermique), la maîtrise d’ouvrage, des partenaires extérieurs… Si le démarrage a demandé un gros investissement des équipes en interne, aujourd’hui plus personne ne souhaiterait retourner en arrière. Le travail conjoint des différents BE est intégré dans la maquette et permet de s’assurer de la bonne intégration des différents éléments entre eux. La maquette est utilisable à différents niveaux, au format allégé pour échanger avec les futurs occupants jusqu’à une version brute et très détaillée en phase chantier. C’est en quelques sortes un prototype numérique qui permet de s’assurer de la bonne finitude de l’ouvrage. L’outil n’est pas une fin en soi mais cette démarche contribue à atteindre le but final : construire un logement de qualité pour les futurs habitants.

Témoignage de l’entreprise

CNR Construction est une entreprise régionale indépendante crée en 1969 qui emploie aujourd’hui 170 personnes. L’entreprise intervient sur le grand ouest, l’Ile de France et Jersey. 50% de l’activité est dédiée au bâtiment, 30% au génie civil et 20% dans l’industriel. Les interventions se font en gros oeuvre, en macro-lots ou en entreprise générale comme cela a été le cas sur l’opération des « Marelles ». La stratégie de l’entreprise est de s’adapter à un environnement en perpétuelle évolution en cherchant à diversifier l’activité et multiplier les opportunités. Les études de conception se font à l’aide d’outils numériques 3D tout comme en phase exécution et en phase après-vente.

Le BIM by CNR est une manière d’intégrer les outils numériques sur des chantiers de taille modeste. La BIM Box permet d’expliquer la démarche engagée sur cette opération et d’illustrer à l’aide d’un écran tactile ce qu’on peut faire avec cette maquette numérique. La BIM Box est utilisée pour sensibiliser des écoles, des institutionnels , des maîtres d’ouvrages mais aussi en démarrage de chantier. C’est l’occasion d’expliquer aux chefs d’entreprise et aux compagnons le fonctionnement du BIM, son intérêt et les gains pour l’ensemble des parties prenantes de l’opération. Le BIM s’est avant tout une base de données. Pour que cela fonctionne bien, il faut intégrer une démarche de travail collaborative via une plateforme avant même le premier coup de crayon. Les différents intervenants sont :

  • l’AMO BIM manager en conception qui met en place les outils dès la phase programmation et accompagne le maître d’ouvrage et le concepteur à la rédaction du cahier des charges en définissant les attentes
  • le BIM médiateur doit faciliter l’intervention de chacun, expliquer la démarche et accompagner les entreprises qui font leurs premiers pas avec ces nouveaux outils
  • le BIM coordinateur réalise la synthèse des maquettes produites par les différentes entreprises (format IFC) en les superposant et recherchant les éventuels « clashs » (entre une poutre et un réseau, par exemple)
  • le BIM manager a un rôle de validation des maquettes, il s’assure qu’elle est conforme à ce qui a été prévu
  • le BIM modeler est le technicien bureau d’étude qui établir le plan

La plupart de ces missions disparaitront lorsque tout le monde sera acculturé. Dans la pratique, aujourd’hui, des intervenants peuvent cumuler plusieurs missions, coordinateur et manager par exemple. Une convention BIM permet de décrire le rôle de chacun dans un projet, le cheminement, l’objectif à atteindre. La maquette est une base de données dans laquelle on vient renseigner les informations nécessaires et utiles pour la gestion du bâtiment au quotidien par la maîtrise d’ouvrage en phase exploitation.

Le bilan sur l’opération des « Marelles » est extrêmement positif. Chaque entité dans l’acte de construire a pu intervenir à part entière. C’est un travail d’équipe qui ne peut fonctionner s’il y a un problème dans la chaîne. Cette contrainte forte oblige chacun à s’impliquer pleinement dans le processus. Sur le chantier, cette approche a généré plus de communication entre les différents intervenants et le chef de chantier s’est approprié l’outils pour réaliser le suivi. A terme, un dossier en BIM permettra de gagner du temps en phase chantier, aujourd’hui l’objectif est de bien comprendre les interactions et de faire en sorte que cela fonctionne.

Album photo de la visite

Supports de présentation

Le BIM sue le chantier des Marelles à Laillé (45 logements)
Aiguillon Construction – CNR

Format : PDF
Poids : 2 Mo

Plan d’accès